#spicollective

1,282,573 posts tagged with #spicollective

Photos and Videos about #spicollective

(@harold_y_maude)

2 Minutes Ago

Lulu says at 800 we say goodbye...

(@zeroexposure)

5 Minutes Ago

Birbs

(@glassfoto)

6 Minutes Ago

Of Shape and Shadow II

(@rangegrinder)

6 Minutes Ago

After the show...

(@sean.tallman)

9 Minutes Ago

Spring time in the city

(@mrvnchua)

13 Minutes Ago

52 WEEK PHOTO PROJECT 17/52 Family I guess this one deserves a gallery post. All the things that shaped me of who I am right now is all because of him. The reason why I'm a musician, an artist. Why I love taking photos, love food, etc. Basically, he's my mentor. I owe everything to him. I'm really thankful that he is my father. HAPPY BIRTHDAY papa! . . . . . . . . . . #cozy #createexplore #createcommune #thecreatorclass #artofvisuals #exploretocreate #visualsoflife #visualambassadors #moodygrams #agameoftones #streetdreamsmag #stayandwander #tlpicks #heatercentral #theimaged #way2ill #illgrammers #wildernessculture #fatalframes #passionpassport #bevisuallyinspired #liveauthentic #beautifuldestinations #hypebeast #spicollective #grammerph #yourshotphotographer #portrait #pursuitofportraits #family . @nikonasia @nikonusa @officialnikonph @nikoneurope @sigmaphoto

(@rodrigosvezia)

14 Minutes Ago

(@skeezthegreat)

15 Minutes Ago

The days when around the corner felt miles away

(@matt_shubert)

16 Minutes Ago

A long way away • Decided to try out a telephoto lens for a few shots. It was an interesting change of pace. Usually I prefer to shoot around the 75mm (full frame equiv.) focal length, but this shot was taken around 200mm (full frame equiv.). I noticed, beyond the extra compression/flatness, that the telephoto perspective really allowed me to frame some better shots. I was able to keep sharper angles in the building/door while not reducing the subject to a small spec. Definitely not suited to all shooting scenarios but I’m definitely going to have to try it out more often. . . . . . #igersabq #puresw #nmgrammers #instagramersnm #nmlife #fujifeed #fujifeedstreet #myfujifilm #fujixclub #fujilove #fujifilm #xt2 #fujifilm_xseries #spicollective #ourstreets #streetlife_award #fujifilm_street #zonestreet #streetsgrammer #life_is_street #lensculturestreets #myspc #challengerstreets #apfmagazine #streetleaks #lotsmagazine #capturestreets #wearethestreet #friendsinperson #streetphotographers

(@danbouteiller)

19 Minutes Ago

Le Japon est désormais bel et bien à la mode en Occident. Deuxième langue la plus traduite en France après l’anglais, une pop culture à base de mangas et d’animés s’est durablement imposée dans le paysage culturel occidental. Les livres de photographie ne sont pas en reste, chaque rayon ayant au moins un ouvrage sur ce pays. Mais les représentations que nous importons, et donc que nous nous faisons sur cette société représentent-elles une réalité objective ? Photographiquement parlant, il ne laisse guère de doute quant à une partialité naïve. Hormis une passagère mode du mouvement Provoke daté des années 1970 avec une mise en avant marquée de Daïdo Moriyama, l’ensemble des livres photo couvre une variété de spectacles qui ne peuvent qu’attirer le regard : temples et jardins sous de chatoyantes couleurs automnales, centres urbains électriques de Shibuya ou de Shinjuku, mouvements cosplay ou encore l’impénétrable univers de la sexualité nippone avec ses lieux aussi fripons qu’inaccessibles. Je voyage régulièrement au Japon depuis 2009, aussi bien en ville que dans les espaces le plus ruraux. Si l’excitation des villes et les lieux d’histoire sont un must-see lors de courts voyages touristiques, il est bien évidemment malaisé de se limiter à ces représentations. De Tokyo à Asahikawa dans l’Hokkaïdo, les trajets en train rural dans l’île de Kyushu, une nouvelle réalité nait. Il est étonnant de se rendre compte que si les centres urbains sont bondés, les périphéries, banlieues et campagnes sont curieusement vides de toute trace d’occupation humaine du matin au soir. C’est d’autant plus percutant lorsque l’on prend les chemins ferrés : Une ligne de fracture serait-elle en train d’apparaître ? A contresens des images fantasmées d’une grande activité perpétuelle et de couleurs bariolées, une géographie de l’ennui se dessine petit à petit. Cette carte couvre de larges portions du territoire avec ses nombreuses banlieues, ses résidences pavillonnaires éclipsées par les centres. A la façon des forêts infinies de bouleau en Sibérie par la glace du transsibérien, ce spectacle lancinant et même ennuyeux finit par me révéler sa poésie. Je décidais donc d’y entrer.